Passion-Tarot-arcanes-majeurs-XIII-sans-nom-interpretation

XIII-Arcane sans Nom : Interprétation

Tirage approprié

  • Tirage des trois principes : tirage à 3 lames ou à 9 lames (= on tire 3 cartes + 2 cartes pour chaque carte = 3 x 3)

Signification / Interprétation

C’est peut être l’Arcane qui fait le plus peur ! Au premier abord, personne ne l’aime… Cette lame est souvent perçue comme négative…
Car elle représente un squelette fauchant des têtes, allusion à l’allégorie de la Mort.

Isabelle Nadolny nous explique qu’au Moyen Age, en Europe, de nombreux récits évoquent cette danse de la Mort, ou danse macabre, qui rappelait aux êtres humains de se préparer à leur fin inéluctable, que la Mort était prête à fondre sur eux à tout instant. La Mort les invitait à participer à sa danse et à l’accompagner dans l’au delà : on dit alors qu’elle est psychopompe (ce rôle était dévolu dans l’Antiquité au dieu Hermès-Mercure).

Ce « triomphe de la Mort » dans les œuvres d’art à partir du XIVe siècle a très certainement influencé les auteurs du Tarot. La grande peste noire des années 1340 – qui emporta plus d’un quart de la population en Occident – est encore présente dans les esprits. Puis le succès grandissant de l’anatomie à la Renaissance a donné lieu à de nombreuses représentations de squelettes psychopompes.
La notion de transformation liée à cet Arcane est tardive. Au départ, cette lame sonnait comme un avertissement : « Préparez vous à l’inéluctable qui vous fondra dessus brutalement ».

Dans l’Arcane XIII, la mort est représentée mais pas nommée. D’ailleurs, on l’appelle aussi l’Arcane Sans Nom.

La mort est vue ici comme une phase dynamique, qui permet la transformation de l’ombre en lumière. Elle est un passage initiatique, une initiation, dans le sens où elle permet d’initier quelque chose de nouveau, mais le renouveau ne peut émerger qu’après la destruction de l’illusion. L’image du squelette humain nous rappelle que toute initiation se fait dans la matière ici et maintenant.
Le grand transformateur, c’est le Temps : il est l’agent essentiel de la Vie.

La nudité du squelette – dont on perçoit bien les os, la colonne vertébrale, qui est de couleur chair (comme un corps vivant) – évoque un dénuement et en même temps un grand potentiel de mouvement et une puissante énergie de vie.

Arcane XIII avance vers la droite (= vers l’avenir), comme le Mat dont elle est en quelque sorte la radiographie. C’est une lame de grand élan et d’énergie puissante, elle n’est pas figée comme une chose morte l’est. Mais ce mouvement, cet élan sont mis au service d’une transformation radicale et profonde : c’est symboliquement une mort suivie d’une renaissance.
Par cette mort symbolique, Arcane XIII nous permet de nous dégager de ce qui est en trop, de ce qui est obsolète, d’éliminer ce qui est inutile, de nous débarrasser de ce dont on n’a plus besoin (objets, habitudes, relations, modes de pensée…) et qui nous empêche d’avancer.
Elle nous aide alors à accepter la perte et la finitude, à nous détacher des formes usées, à avancer vers du nouveau, à éradiquer l’ancien pour laisser la place au nouveau. Cela ne sert à rien de rester dans une situation qui ne nous convient pas : il faut alors se remettre en question et redéfinir ses priorités, pour évoluer.

L’oeuvre d’Arcane XIII implique une part de sacrifice, mais c’est pour se régénérer.

Arcane XIII est un passage qui permet de tourner radicalement– chirurgicalement en quelque sorte – une page du passé pour ouvrir un nouveau chapitre du livre de notre vie.

Faucher l’ancien, faucher ce qui est usé, dépassé, noir, bancal, louche, est un rituel noble car extrêmement sain finalement ! Notre santé physique et mentale doit passer par ce processus.

Sur le sol, il y a des têtes coupées par la faux, des ossements, mais aussi des végétaux : c’est le rappel du processus naturel de la Vie qui passe par un état de dégénérescence et de pourrissement en hiver, qui pourtant donneront naissance au printemps à une nature naissante, renouvelée, régénérée. L’humain par les épreuves et les pertes qu’il traverse procède donc de la même manière que l’humus qui nourrit la terre. Les deux mots ont la même étymologie : « humus » signifie « terre », l’humain est donc cette « créature née de la terre », par opposition aux dieux qui sont célestes (dans la mythologie greco-romaine).

Car, comme il est écrit dans la Bible, nous sommes des êtres de passage, pris dans le mouvement impermanent de la Vie :

« C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. »

Genèse, 3, 19

L’Arcane XIII est aussi appelé l’Arcane Sans Nom car son œuvre destructrice – qui rappelle la mort – est quelque chose d’innommable pour les êtres humains, qui nous dépasse : si Arcane XIII décrit un passage d’un état à un autre, il s’agit de dépasser cet état, voire de « trépasser », pour renaître. De même, il est interdit de prononcer le nom de Dieu pour les Hébreux qui utilisent alors le Tétragramme (groupe des quatre lettres hébraïques Y.H.W.H. qui composent le nom du Dieu d’Israël, révélé à Moïse sur le mont Sinaï).

L’Arcane XIII est liée au temps (Saturne) : il faut trancher quand le moment est propice. Elle implique une grande rapidité : une fois que le processus est lancé, cela peut aller très vite. Il y a avec Arcane XIII un caractère d’urgence : si on n’accepte pas le travail d’Arcane XIII, on prend des risques pour notre équilibre. Il est urgent de prendre conscience de ce qui n’est pas bon pour nous, aussi bien dans ce que nous émettons que dans ce que nous recevons, et de savoir, par conséquent, ce qui est bon pour nous. Arcane XIII est un facteur indispensable de discrimination et de discernement.

Le rapprochement de l’Arcane Sans Nom et du Mat (Arcane sans nombre) est d’un intérêt tout particulier :  ils sont les seuls personnages «  en marche » dans le Tarot. L’Arcane sans Nom semble être la radiographie du Mat, c’est à dire son enveloppe énergétique intérieure et invisible.

« Arcane XIII désigne les changements d’état de conscience de l’être humain qui accompagnent le passage d’un cycle accompli à l’entrée dans un cycle de nature différente ».

Paul Marteau

Mots clefs

Transformation radicale, transmutation, révolution intérieure, tourner la page, balayer, détruire, couper, trancher, se séparer (relation, passé…), quitter, purification, grand nettoyage, moisson, rapidité, fin d’une illusion, rupture salutaire, violence, travail de deuil (concernant une personne ou une situation), essence du changement, renouvellement des idées, travail de l’inconscient, l’Ombre, mort et renaissance, maladie, fin nécessaire, désillusion, détachement, conversion absolue, cessation en vue de recommencer en mode diamétralement opposé.


Description de la carte

Un squelette avance vers la droite. Il tient une faux dans ses deux mains et fauche des têtes. Sur le sol noir, des ossements et des plantes.


Ce que me dit L’Arcane sans Nom

« Je n’ai pas de Nom, mais on me connaît.
Je n’ai pas de Nom mais on sait ce que je fais.
Je suis la faucheuse, la balayeuse, la nettoyeuse. Je suis le grand oeuvre de transformation.
Je parle de la mort mais aussi de la naissance. Je suis les deux pôles de la Vie : la Vie sans cesse qui meurt et qui renaît. Je suis les feuilles qui tombent de l’arbre en automne, pourrissent en hiver, puis rejaillissent au printemps pour prendre la forme de nouvelles pousses d’une beauté et d’une fraîcheur incomparables.

Je fauche, je coupe, je tranche, j’arrache, je déracine, je jette, je quitte, mais jamais je ne fais de sur place.

Parfois on m’appelle la XIII car je porte le malheur comme le bonheur. Si tu me résistes, je te donne le malheur : et tu récolteras la souffrance, la maladie, la plainte, la colère et la peur. Si tu acceptes mon oeuvre, je t’offre le bonheur : et tu obtiendras la liberté, la joie, la légèreté et l’amour.

Avec moi, tu cours à ta perte, car vivre, c’est perdre ; avancer, c’est perdre ; évoluer, c’est perdre. Avec moi, tu transformes le petit en grand, le superficiel en profond, l’insignifiant en signifiant, le noir en lumière.

N’aie pas peur car je serai toujours là, à tes côtés, pour t’accompagner vers le grand mouvement de transmutation de ton existence. Avec moi, tu deviendras de plus en plus toi : décharné, blessé, dépouillé de tous ces poids sombres qui te tirent vers le bas et t’éloignent de ta mission et de ton Rêve, pour ensuite te relever, te remplir de toi et rayonner de ta propre lumière.

Accepte de regarder au fond de toi toute la noirceur de ton ego : comme la boue au fond de l’étang laisse surgir le lotus étincelant au dessus de l’eau, tu apercevras alors l’essence de qui tu es. Accepte la brûlure, la violence, le déchirement : et le voile de tes illusions disparaîtra.
Je suis ta chance d’évolution : tu ne peux pas me laisser passer, tu ne m’échapperas pas. N’aie pas peur de moi, car le noir est couleur de Lumière. »


Étymologie du nom et signification

Cette lame a longtemps été appelée la Mort (du latin « mors, mortis »). C’est encore le titre qui lui est donné dans les Tarots anglo-saxons. Les auteurs contemporains la nomment simplement Arcane XIII ou Arcane Sans Nom : elle est innommable car la mort qu’elle symbolise est inconnue, or on ne peut nommer ce qui n’est pas connu.

« L’absence de nom indique l’inconcevable réalité du sens de l’Arcane : le temps est l’agent essentiel de la vie, le grand transformateur, cependant, il n’existe pas ».

Marcel Picard

L’absence de nom évoque également l’idée de silence : « Dieu parle dans le silence », dit l’Ancien Testament.


Symbolique

La faux : L’association de cet instrument agricole – dont l’usage remonte à la nuit des temps – avec un squelette est récente. Le symbole de la faux se trouve déjà dans la Bible :

  • Le prophète Joël attribue à Dieu une faux ou faucille avec laquelle il tranchera les païens.
  • L’évangéliste Matthieu attribue la faucille aux anges qui faucheront les mauvaises herbes, c’est à dire les enfants du Malin.
  • Dans la mythologie grecque, Chronos-Saturne est la figure du Temps qui dévore ses enfants et fauche tout ce qui se présente à lui. Saturne a de ce fait été surnommé  « Falciger » (= « celui qui porte la faucille »).

« La faux coupe, sépare, rabaisse, tue et uniformise » (Marcel Picard). Elle tranche et met à vif, mais son action n’est ni aveugle ni grossière : elle agit pour la pureté incompréhensible et pour l’intelligence. Elle est donc l’instrument de la discrimination et de la destruction de l’illusion.


Avec l’astrologie

Pluton : le Dieu de la Mort ; les forces de l’inconscient ; les deuils et les pertes.

le signe du Scorpion : la capacité de mourir pour renaître, la force de traverser les épreuves et de rebondir pour ouvrir en conscience un nouveau cycle plus en accord en avec nous même.

Saturne : le passage du temps, mourir pour passer à autre chose, entamer un nouveau cycle. Saturne restructure le travail de destruction et de régénération qui a été fait en amont par Pluton.

Neptune : la notion de sacrifice.

Chiron : Arcane XIII peut évoquer aussi des problèmes de santé, une maladie suivie d’une régénération / guérison.


En psychologie des profondeurs (C. G. Jung)

Arcane XIII évoque la rencontre incontournable avec l’Ombre : il est nécessaire sur notre chemin d’individuation, de rencontrer notre Ombre et de faire la lumière sur cet aspect sombre, inconscient de notre être, afin d’évoluer vers plus de conscience, de vérité, de droiture, et de grandeur humaine, et d’accepter ainsi la totalité de qui nous sommes. Entre Ombre et Lumière, l’être humain est pourvu d’une nature inférieure et d’une nature supérieure. Mi anges mi bêtes, nous sommes néanmoins appelés à nous élever.


En numérologie

Depuis l’Antiquité, le nombre 13 est considéré comme maléfique.

  • Pendant la Cène – le dernier repas du Christ réuni avec ses apôtres – les convives étaient au nombre de 13.
  • Le 13ème chapitre de l’Apocalypse est celui de l’Antéchrist et de la bête.
  • La Kabbale dénombrait 13 esprits du mal.

Cependant, pour les Anciens, la 13ème personne dans un groupe apparaît aussi comme la plus puissante et la plus sublime :

  • C’est le cas de Zeus dans le cortège des 12 dieux, au milieu duquel il siège, distinct des autres par sa supériorité.
  • Dans L’Odyssée d’Homère, Ulysse est le 13ème de son groupe a échapper à l’appétit dévorant du Cyclope.

En alchimie

  • Le processus de la Calcinatio (= destruction par le feu).
  • Pour Marcel Picard, le sourire sur le visage du Pendu marque « l’acceptation et la soumission joyeuse à la « mort » vécue dans la certitude du très proche accomplissement du Grand Oeuvre ».

Dans la Kabbale

mem : מ – les eaux (ce qui est à la fois révélé et caché)


8 réflexions sur “XIII-Arcane sans Nom : Interprétation”

  1. Dossier très intéressant,
    pour moi qui me passionne pour l’astrologie et le tarot. Quelle excellente idée d’avoir travaillé et mis en parallèle ces 2 domaines.
    Bravo, merci!

    1. Fabienne COSTA

      Merci beaucoup Marie ! Oui, en discutant ensemble du rapprochement entre astrologie et Tarot, ce projet nous a paru une évidence.

  2. Magnifique, votre travail est très enrichissant, chacune de vos descriptions sur chaque arcane est une vraie mine d’information, c’est une illumination, merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Passion Tarot Retour haut de page